//-->

Ordonnance 17

Ord. n°92-031 du 17 juillet 1992

EXPOSE DES MOTIFS

de l'ordonnance portant amnistie et remises des peines

 

 

Il est de tradition qu'à l'occasion des heureux événements qui marquent la vie d'une Nation, des mesures de clémence soient accordées à. ceux qui ont failli à l'égard de la loi.

 

A l'occasion de l'anniversaire de l'Indépendance retrouvée et à la veille des consultations populaires qui orienteront de manière décisive la nouvelle politique de concorde et de développement harmonieux de toutes les régions de Madagascar, il apparaît nécessaire de donner une nouvelle chance aux petits délinquants primaires en effaçant les sanctions pénales de leurs fautes pas­sées par une amnistie. Ils doivent toutefois démontrer leur volonté de se réadapter en payant leurs dettes pécuniaires à l'égard de l'Etat.

 

 

 

Les autres personnes condamnées qui ne remplissent pas les conditions édictées pour bénéficier de l'amnistie ne sont pas pour autant oubliées. Des réductions des peines privatives de liberté leur sont accordées selon les modalités fixées par le présent projet.

 

Compétence est donnée aux juridictions pénales pour régler toutes les contestations relatives à l'application de ces mesures de clémence.

 

Tel est l'objet de la. présente ordonnance.

 

____________________________________

 

 

 

ORDONNANCE N° 92-031 du 17 juillet 1992

portant amnistie et remises de peine

 

 

 

1. De l’amnistie

 

Article premier - A l'occasion de l'anniversaire de l'Indépen­dance de Madagascar, sont amnistiées dans les conditions ci-après, les infractions qui ont été commises entre le 26 juin 1990 et le 26 juin 1992.

 

Art. 2 - Le bénéfice de l'amnistie est accordé aux délinquants primaires, condamnés à. une peine d'amende ou à une peine d'emprisonnement inférieure ou égale à six mois assortie ou non d'une amende pour des infractions commises pendant la période déterminée à 'l'article premier.

 

L'amnistie s’ applique également aux infractions relevant de la compétence des juridictions militaires.

 

Art. 3 - L'amnistie ne sera acquise qu'après paiement, s'il y a lieu des frais de poursuite et d'instance avancés par l'Etat et des dommages-intérêts auxquels le bénéficiaire a été condamné, à moins que celui-ci ne justifie qu'il se trouve en état d'indigence ou d'impécuniosité.

 

 

Art. 4 - L'amnistie de l'infraction entraîne sans qu'elle puisse donner lieu à restitution, la remise de toutes les peines principales, accessoires et complémentaires.

 

Ne sont pas effacées par l'amnistie les sanctions disciplinaires et les mesures de sûreté.

 

 

Art. 5 - L'amnistie ne peut, en aucun cas, faire obstacle à l’action en vue de faire établir l'innocence du condamné.

 

 

Dans ce cas, la décision à intervenir ne peut, s'il y a condamnation, aggraver la peine régulièrement amnistiée.

 

Art. 6 - L'amnistie ne préjudice pas aux droits des tiers. Pour l’application du présent article, l'Etat est considéré comme un tiers.

 

 

En cas d'instance sur les intérêts civils, la juridiction saisie pourra ordonner, s'il y a lieu, le compulsoire du dossier pénal.

 

 

Art. 7 - La contrainte par corps ne pourra pas être exercée contre le condamné ayant bénéficié de l'amnistie.

 

Art. 8 - Il est interdit à quiconque de rappeler ou de laisser subsister sous quelque forme que ce soit, dans un dossier judi­ciaire ou de police ou tout autre document, les condamnations et les déchéances effacées par l'amnistie.

 

 

Seules les minutes des jugements déposées dans les greffes échappent à cette interdiction.

 

 

Les contraventions aux dispositions du présent article seront punies d'une peine d'emprisonnement de un à trois mois. Elles donnent en outre lieu à des sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu'à la révocation ou à la destitution.

 

II - Des remises de peine

 

Art. 9 - A l'occasion de l'anniversaire de l'lndépendance de Madagascar, des remises de peine sont accordées aux condamnés à des peines privatives de liberté dans les conditions suivantes :

- remise totale aux condamnés à des peines inférieures ou égales à trois mois d'emprisonnement ;

- remise de trois mois aux condamnés à des peines supé­rieures à trois mois et inférieures ou égales à deux ans ;

- remise de quatre mois aux condamnés à des peines supé­rieures à deux ans et inférieures à cinq ans ;

- remise de six mois aux condamnés à des peines privatives de liberté égales ou supérieures à cinq ans.

 

Art. 10 - Les dispositions de l'article 9 ne sont applicables qu'aux personnes définitivement condamnés à la date de promul­gation de la présente ordonnance et à celle qui, ayant formé appel ou pourvoi en cassation, s'en seront désistées dans le délai de deux mois, à compter de la date de publication de la présente ordonnance au Journal officiel de la République.

 

 

Art. 11 - Toute contestation sur le bénéfice de la présente ordonnance est soumise aux règles de compétence et de procé­dure prévues par le Code de procédure pénale notamment en ses articles 597 et suivants.

 

 

Art. 12 - Sont amnistiées toutes les condamnations à la déchéance des droits civiques consécutives à des infractions rela­tives aux lois sur les libertés d'opinion.

 

Art. 13 - En raison de l'urgence et conformément aux disposi­tions de l'article 4 de l'ordonnance n° 62-041 du 19 septembre 1962 relative aux dispositions générales du droit interne et de droit international privé, la présente ordonnance entre en vigueur dès qu'elle aura reçu une publicité suffisante notamment par une émission radiodiffusée ou affichage, indépendamment de son insertion au Journal de la République.

 

 

Elle sera exécutée comme loi de l'Etat.

 

Promulguée après ratification de la Haute Autorité

 

 

 

FAMELABELARANA NY ANTONANTON

ny hitsivolana manome fametsoran-keloka sy fampihenan~tsazy

 

 

Fomba fanao hatry ny ela rehefa misy toe-javatra tsara mana­marika ny fiainan' ny Firenena iray ny manome famindram-po ho an' ireo izay diso teo anatrehan' ny lalàna.

 

Noho ny fitsingerenan' ny Fahaleovantena voaverina amin' ny laoniny indray ary eo ankatoky ny fakana ny hevi-bahoaka izay hamaritra amin' ny fomba hentitra ny sori-pitondrana vaovao mikasika ny fihavanana sy ny fampandrosoana mirindra ireo fan tra rehetra eto Madagasikara, dia hita fa tokony omena vintana vaovao ireo sambany nanao heloka tsy dia lehibe loatra, amin' ny famafana amin' ny alàlan' ny famotsoran-keloka ireo sazy vokatrv ny fahadisoana nataon' izy ireo tamin' ny lasa. Tsy maintsy mam­piseho ny fahavononany hiarina indray anefa izv ireo ka handoa ny trosany ara-bola amin' ny Fanjakana.

 

Tsy adino akory ireo olon-kafa voasazy nefa tsy mahafeno ny fepetra voalaza hahazoana famotsoran-keloka. Omena fampihenana ireo sazy manafoana fahalalahana azy ireo araka ny fepetra voalazan' ity volavola ity.

 

Omena fehefana ireo fitsarana ady heloka hanapaka ny fifanola­nana mikasika ny fampiharana ireo fepetra manome famindram-po ireo.

 

lzany no antonanton' ity hitsivolana ity.

 

 

__________________________

 

 

 

HITSIVOLANA LAHARANA FAHA- 92-031 tamin’ny 17 jolay 1992

manome famotsoran-keloka sy fampihenan-tsazy

 

 

I. Famotsoran-keloka

 

Andininy voalohany - Noho ny fitsingerenan' ny fahaleovante­nan' i Madagasikara, dia votsorana araka ireto fepetra manaraka ireto, ny fandikan-dalàna natao teo anelanelan' ny 26 jona 1990 sy ny 26 jona 1992.

 

And. 2 - Omena famotsoran-keloka ireo izay vao sambany nandika lalàna voaheloka sazy vola na sazy an-tranomaizina la­tseka na_mira_enim-bolana miaraka amin' ny sazy vola na tsia, noho fendikan-dalàna natao nandritra ny fe-potoana voalaza eo amin' ny andininy voalohany.

 

Ampiharina amin' ireo fandikan-dalàna miankina amin' ny fitsa­rana miaramila koa ny famotsoran-keloka.

 

And. 3 - Tsy hanan-kerv ny famotsoran-keloka raha tsy voaloa, raha.misy, ny vola lany tamin' ny fanenjehana sy nenti-nanana ny ady naloan' ny Fanjakana mialoha sy ny onitra nanamelohana ilay nahazo famotsoran-keloka, raha tsy hoe angaha manamarina izy fa ao anatin' ny fahantrana sy tsy fananam-bola.

 

And, 4 - Mitarika famelana ireo sazv fototra, fanampiny sy famenony rehetra ny famotsoran-keloka, nefa tsy ahazoana fame­renana izany.

 

 

Tsy voafafan' ny famotsoran-keloka ny sazy ara-pifehezana sy ny fepetra fiarovana ny mpiara-belona.

 

And. 5 - Na manao ahoana, na manao ahoana, dia tsy misakana ny fangatahana fitsarana hampisehoana ny tsy mahameloka ilay voasazv ny famotsoran-keloka,

 

Amin' izany dia tsv azon' ilay didy hivoaka, raha toa ka misy ny fanamelohana, ny manome sazy henjana noho ilay efa novotso­rana ara-dalàna,

 

And. 6 - Tsy manohintohina ny zon' ny hafa ny famotsoran-keloka. Ami n' ny fampiharana itv andininy ity dia heverina ho toy ny olon-kafa, ny Fanjakana.

 

Raha misy ady madio angatahana onitra, dia azon' ny fitsarana atao, raha ilaina izany, ny mandidy ny fijerena ny antontan-­taratasy mikasika ny ady heloka.

 

And. 7 - Tsy azo ampiharina amin' ny voaheloka nahazo famotsorana ny fanerena ara-batana.

 

 

And. 8 - Raràna na iza na iza tsy hamohafoha na hamela hitoetra, na amin' ny endrika inona na amin' ny endrika inona, ao anaty taratasin' ady ao amin' ny fitsarana na amin’ny polisy, na taratasy firaketana hafa, ny fanamelohana sy ny fahaverezan-jo voafafan' ny famotsoran-keloka.

 

Ny matoan-tsoratrv ny didim-pitsarana mîpetraka ao amin' ny firaketan-draharaha ihany no afaka amin'io fandrarana io.

 

Hosaziana irey ka hatramin' ny telo volana an-tranomaizina ny fandikana ny fepetra voalazan' ity andininy ity. Ankoatr' izay, dia mitarika sazy ara-pifehezana koa izany izay mety hiafara amin' ny fandroahana sy ny fanonganana.

 

 

II. Fampihenan-tsazy

 

And. 9 - Noho ny fitsingerenan' ny fahaleovantenan' i Mada­gasikara dia omena fampihenan-tsazy ireo voaheloka sazy mana­foana ny fahafahana araka ireto fepetra manaraka ireto :

 

- famelena tanteraka ireo voasazy latsaka na mira telo volana an-tranomaizina ;

 

- fampihenana telo volana ho an' ireo voaheloka mihoatra ny telo volana sy latsaka na mira roa taona ;

- fampihenana efa-bolana ho an' ireo voaheloka mihoatra ny roa taona sy .latsaky ny dimy taona ;

 

- fampihenana enim-bolana ho an' ireo voaheloka sazy mana­foana fahafahana mira na mihoatra ny dimy taona.

 

And. 10 - Ny fepetra voalazan’ny andininy faha-9 dia tsy ampiharina afa-tsy ho an' ireo olona voasazy raikitra amin' ny vaninandro amoahana ity hitsivolana ity sy ho an' ireo nampakatra fitsarana ambony na nangataka fandravana ka nanatsoaka izany ao anatin' ny fe-potoana roa volana manomboka amin' ny vani­nandro ivoahan' ity hitsivolana ity ao amin' ny Gezetim-panjakan' ,ny Repoblika.

 

And. 11 - Ny fifanolanana rehetra momba ny tombontsoa azo amin’ny alalan' ity hitsivoiana ity dia fehezin' ny fitsipika momba ny fahefana sy ny paika voalazan' ny Fehezan-dalàna momba ny ady heloka indrindra ny andininy faha-597 sy ny manaraka

 

And. 12 - Votsorana ireo sazy fahaverezan-jo mikasika ny adim-bahoaka noho ny fandikana ireo lalàna momba ny fahafahana mamosa-kevitra.

 

 

And. 13 - Noho ny hamehana ary araka ny fepetra voalaza andininy faha-4 amin ny hitsivolana laharana faha-62-041 tamin’ny 19 septembre 1962 mikasika ny fepetra ankapobeny momba ny zo anatiny sy ny zo iraisam-pirenena mikasika ny isam-batan’olona dia manan-kery avy hatrany ity hitsivolana ity rehefa nahazo famoahana ampy, indrindra amin' ny alalan' ny filazana ao amin' ny fandefasam-peo na fametahana peta-drindrina, .ankoatry ny famoahana azy ao amin' ny Gazetim-panjakanny Repoblika.

Hotanterahana izany fa lalàm-panjakana.

 

Avoaka hanan-kery taorian’ny fankataoavan’ny Fahefana Avo azy.

 

 

 

=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=